9 288 km de voies ferrées de Moscou à Vladivostok (la plus longue du monde), 11 fuseaux horaires, plus de 80 villes et 16 fleuves traversés (dont la Volga, l’Ob, le Ienisseï et l’Amour), le Transsibérien est le train de tous les records ! Pour nous, embarquer à bord du Transsibérien, c’est une expérience à part, un mythe pour les voyageurs et amateurs d’aventures.
Pour info, la ligne BAM (Magistrale Baïkal-Amour), embranchement de la ligne du Transsibérien, traverse la Sibérie plus au nord et l’Extrême-Orient russe.

Infos pratiques Lire la suite
Nos préparatifs Lire la suite
Vie à bord du transsibérien Lire la suite
Irkustk … Lire la suite
Vladivostok… Lire la suite

Histoire du Transsibérien

Lors de notre voyage en Asie Centrale, en 2018, nous avions fait une halte de quelques jours à Novossibirsk. Sur la place centrale, il y a deux bâtiments qui composent la plus grande gare ferroviaire de Sibérie. L’un correspond aux trains de banlieue et l’autre aux trains des lignes, dont le Transsibérien. Une exposition retraçait alors l’histoire du Transsibérien.
L’implication personnelle du Tsar Alexandre III a permis, le 24 février 1891, à l’attribution d’un crédit de 7 millions de roubles pour la construction du tronçon entre Vladivostok et Grafskaia, lançant ainsi la construction du Transsibérien. Le 31 mai 1891, le tzarévitch Nicolas, de retour du Japon, lance depuis Vladivostok la construction de la formidable ligne de chemin de fer.

On y avait appris que la construction du Transsibérien a duré plus de vingt ans (1891 à 1916) et pendant cette période 7 426 Km de voies ferrées, des dizaines de gares et des centaines de dépôts de locomotives. Le tout dans des conditions extrêmes : des fleuves à traverser, l’immense taïga impénétrable, le grand froid, le gel …

Pour réaliser les travaux en un minimum de temps, la construction a commencé aux deux extrémités du tracé, à Vladivostok, côté Pacifique et à Tioumen, côté continental.

Sa construction s’achève le 5 octobre 1916, avec l’ouverture du pont sur l’Amour à Khabarovsk.

Sans le transsibérien il fallait près de deux mois pour relier Moscou au lac Baïkal (chevaux, bateaux, trains, ….) dans des conditions terriblement pénible. Aujourd’hui il ne faut plus que 6 jours et demi pour parcourir la distance de 9 298 km, entre Moscou et Vladivostok. La gare accueille des milliers de voyageurs

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.