Musées – Patrimoine culturel réunionnais

Quoi de mieux que de visiter les musées, participer à des vernissages, découvrir la fabrication du rhum, les plantations de vanille, mais aussi la faune, les jardins botaniques …. En fait tout ce qui fait l’île de la Réunion. Et à chaque fois, une signalétique efficace nous emmène au bon endroit, même les plus reculés de l’île.

Un peu avant Saint Leu, en venant de Saint-Paul, Kélonia. C’est l’observatoire des tortues marines. On a pu les observer dans un milieu proche de leurs conditions de vie naturelles, grâce aux différents bassins, permettant des angles de vues différents (en surface, vision sous-marine, …). Les 1 500 m3 de bassins sont alimentés en eau de mer. Mais le centre est aussi un espace de sensibilisation à l’environnement, avec des vidéos, des panneaux pédagogiques. Le centre de soins de Kélonia accueille les tortues blessées ou malades, pour les relâcher en mer une fois guéries.

Le muséum d’histoire naturelle, situé à l’intérieur du Jardin de l’Etat à Saint-Denis, présente une exposition permanente sur la faune et la flore des îles de l’océan indien, dont le fameux Dodo, espèce d’oiseau endémique de l’île de La Réunion aujourd’hui disparue (sauf pour la pub de la bière : la Dodo lé la)

Pendant notre séjour, le rez-de-chaussée était consacré à l’exposition « Requins ». Véritable plongée au coeur de l’univers du requin, dont les 12 qui posent des problèmes à l’homme et notamment les requins-bouledogues, impliqué dans la quasi-totalité des attaques mortelles. Une expo complète et éducative, qui montre aussi les moyens mis en place pour comprendre et protéger hommes et requins. Il n’est pas rare que dans un écosystème dégradé, on observe un changement de comportements de certaines espèces. Un certain nombre de requins ont été équipés de marqueurs acoustiques qui ont permis de suivre leurs déplacements grâce à un réseau de 52 stations d’écoute sur le littoral.

 

Cimetière marin : La journée a été consacrée à la recherche du trésor de Olivier Levasseur plus connu sous le nom de « La Buse« , surnommé ainsi en raison de sa rapidité à fondre sur sa proie est un authentique pirate. Pour commencer les recherches on se rend au cimetière marin de Saint-Paul. Il surplombe une plage de sable noir, c’est la dernière demeure de nombreux pirates, dont « La Buse ». Célèbre pirate, il écuma l’océan Indien au début du 18ème siècle. Il aurait caché un trésor estimé à 4,5 milliards d’euros quelque part à la Réunion. Aujourd’hui encore, des chercheurs et des scientifiques se lancent à la recherche de ce trésor précieusement conservé depuis plus de 280 ans.
Le cimetière marin est inscrit aux Monuments historiques depuis le 26 janvier 2012. D’autres personnalités sont enterrées ici : Naufragés du Ker-Anna (trois-mâts français d’origine nantaise – 1894), Madame Desbassayns (un des personnages les plus célèbres de l’histoire de La Réunion – 1846) , et bien d’autres poètes, écrivains, hommes politiques, ….

La Pointe au sel, à Saint-Leu, bénéficie de conditions particulières : un ensoleillement généreux et des pluies rares. C’est le seul site où l’on fabrique du sel sur l’île. Le Musée du sel est installé dans l’ancien magasin qui servait autrefois de stockage pour faire sécher le sel tout juste extrait des bassins d’évaporation de l’eau de mer.

La cité du Volcan est située à proximité de la route menant au Piton de la Fournaise. Les époux Krafft on été les conseillers scientifiques de ce musée très moderne. Depuis août 2014, la Cité du Volcan, à la Plaine des Cafres, dévoile les secrets de cet immense massif, culminant à 2.631 mètres. Présentation scientifique mais accessible, avec des maquettes, des jeux interactifs pour tester ses connaissances. On a adoré !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.