Vendredi 16 – samedi 17 septembre
Après 12 heures passées au poste frontière Russie/Lettonie, nous faisons un bout de chemin avec Pierre et Annie, pour traverser la Lettonie puis la Lituanie. Nous croisons des chauffards vraiment irresponsables. Pause déjeuner au village de Istalna. On a la chance de déjeuner dehors, entre deux averses.

Après une belle route nous arrivons en Pologne vers 18h00. Mais quelques km avant Suwalki il y a de gros travaux. Nous faisons une pause (bien méritée) au camping de Gyzicko, près d’un petit pont interdit au plus de 2T5. Soirée cinéma dans le Toyota de Pierre et Annie, où avec nostalgie nous regardons un documentaire sur la Mongolie (« Balapan, les ailes de l’Altaï »).
Le samedi est consacré au farniente, à la lessive, au ménage dans les camions et repos ! Demain nous reprendrons chacun notre route, mais nous sommes vraiment très contents d’avoir fait la connaissance de ces deux voyageurs … enfin trois, il ne faudrait pas oublier Jojo, leur chien. C’est sûr, nous resterons en contact.

Dimanche 18 septembre
13°C au lever mais surtout un taux d’humidité de 80% dans Woki. Les Régior nous quittent et nous travaillons pour mettre le site en ligne. Nous quittons le camping vers 14h00 et cette fois-ci j’ai relevé le point GPS.  Arrêt à Olsztyn pour relever nos mails. C’est assez facile en Pologne d’avoir accès à des zones WiFi. Desert Tec, notre aménageur, est fermé jusqu’au 13 octobre, nous pensions passer chez lui pour une révision … C’est loupé, et donc aucun intérêt de continuer vers l’Allemagne.
Nous avons la chance de nous trouver à Olsztyn, ville charnière entre plusieurs destinations, et prenons la décision de filer plein sud : Varsovie, Cracovie, Budapest ..
Nuit tranquille sur la place de la petite ville de Olsztynek. La Pologne a beaucoup changé, avec de belles routes, des villages qui ressemblent plus à ceux que l’on trouve dans la campagne Allemande.

Lundi 19 septembre
A 6h00 il fait déjà jour, nous partons de bonne heure. En route un bruit sourd, bien qu’il pleuve de nouveau ce n’est pas l’orage qui gronde … mais notre pot d’échappement. Le silent boc vient de lâcher. Nous sommes sur la E77, avant Varsovie. On se retrouve donc dans un garage Toyota, au Carolina Car Company, (rue : Al. Prymasa Tysiąclecia 54, pour ceux qui auraient besoin) après avoir un peu circuler dans Varsovie pour les trouver. Ils peuvent prendre soin de Woki et le réparer. C’est Krysztof Salachewicz qui s’occupe de nous. Heureusement que nous avions un silent bolc de rechange avec nous, car ce n’est pas une pièce Toyota.

Kielce

Mardi 20 septembre
Nous faisons une halte à Kielce, qui se situe, au milieu des montagnes Sainte-Croix, et traversée par une petite rivière, la Silnica. Kielce est un ancien centre d’exploitation de la pierre et offre beaucoup de monuments à visiter : palais de l’archevêque, cathédrale, monastère, etc… Pour nous ce sera surtout du temps passé au vieux marché.
Il y a de nombreuses personnes âgées qui vendent quelques produits, hors des étals du marché, comme des petits paquets de noisettes ou des framboises. Nous ne résistons pas aux 500 gr pour 75 cts d’euros !

Zalipie

Direction Tarnow, nous empruntons une petite route de campagne qui passe par Zbludowice, Nowy Korczyn (routes 79 puis 973). Mais avant nous passons par Zalipie. Pour atteindre ce village, nous devons prendre un petit bac pour traverser la Nida. L’accès au bac est un peu raide, et les véhicules plus gros avec un porte à faux important serait bien avisés de prendre plus au sud par Olesno. La traversée est très courte et le bac ne peut prendre que 2 véhicules à la fois. Au départ, ce n’était pas un choix de notre part, nous avons été un peu surpris par ce passage de rivière mais pas mécontents de cette expérience, qui nous fait économiser pas mal de Km. La remontée de l’autre côté du quai semble plus facile que la descente.
Nous arrivons à Zalipie, qui est le centre d’une micro-région ethnographique de la Pologne. En effet, plus d’une vingtaine de maisons, dispersées dans ce village, sont décorées de motifs peints par les femmes.

Vers la fin du XIX° siècle, les femmes cuisinaient sur un foyer ouvert, la fumée montait et sortait par un trou dans le plafond mais salissait au passage les murs. Plusieurs fois dans l’année, à l’occasion des fêtes, les femmes décoraient les murs noircis par des taches blanches de chaux. Ces motifs éclairaient un peu l’intérieur des chaumières sombres.
Avec l’arrivée de four plus moderne et des cheminées permettant l’évacuation de la fumée au dessus du toit, les femmes gardèrent cette tradition mais en diversifiant leurs motifs initiaux avec des fleurs et introduisirent des couleurs. Au début, cet art décoratif se concentrait autour du four, puis envahit peu à peu les maisons : tour des tableaux, des fenêtres ….
Rivalisant entre elles, les jeunes filles commencèrent à décorer l’extérieur de leur maison, mais plutôt avec des formes géométriques. Les couleurs étaient simples, obtenues à partir de matière naturelle comme l’argile, la suie, la chaux. Les « pinceaux » étaient réalisés à partir de paille souple, et pour les plus fins de poils de vache ou crin de chevaux. Ce n est que beaucoup plus tard qu’elles dessinèrent des fleurs et des frises colorées.

 

Après la seconde guerre mondiale la tradition de décorer les maisons connut son déclin. Depuis 1948, pour maintenir cet art, Zalipie organise des concours de maisons peintes. Ces concours sont devenus annuels depuis 1965 et sont appelés Malowana Chata (maisons peintes).
Zalipie est devenu célèbre grâce à une femme peintre très active, Felicia Curylowa, décédée en 1974. C’est dans sa ferme que le musée a été ouvert en 1978, c’est en fait l’intérieure d’une maison traditionnelle. Pour maintenir cette tradition, le musée ethnographique de Tarnow organise chaque année un concours dont les prix sont décernés le premier dimanche après la Fête-Dieu.
Nous avons la chance d’arriver juste avant une exposition et quelques jeunes femmes nous ouvrent les portes de la « Dom Malarek » qui est un centre culturel municipal, où elles installent les photos des maisons décorées. Une petite salle des fêtes est préparée pour cet évènement. Une des salles sert d’atelier et les femmes peignent des poteries, des soies … Ces ateliers sont ouverts aux enfants des villages pour leur transmettre cette tradition et ils peuvent décorés les œufs de pâques ou les guirlandes de Noël.

Nous avons trouvé toutes ces informations en visitant la Dom Malarek. Nous quittons Zalipie en traversant des jolis villages, sans maisons peintes mais avec des jardins bien entretenus et décorés, souvent avec des animaux. La déco qui nous a vraiment plu, une charrette tirée par un cheval, grandeur nature. Mais les animaux les plus présents sont les cigognes qui ont largement remplacé nos nains de jardins. Ce serait un endroit tranquille pour finir ses vieux jours ….

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.