7h40 – Dimanche 21 avril. Après un peu plus de 75 heures de train, nous sommes à Irkoutsk, en Sibérie orientale. Cette arrivée très matinale va nous permettre de profiter pleinement de cette journée. De notre hôtel nous pouvons (presque) tout visiter à pied.
Nous partons à la découverte de cette ville fascinante. Nous ferons des Km pour découvrir le charme d’Irkoutsk, dû aux bâtiments en bois, extrêmement variés et originaux, dont les façades de certaines maisons en bois sont des chefs-d’œuvre d’artisanat. En 1970, Irkoutsk a été inscrite dans la liste des villes russes protégées, en faisant partie des villes prioritaires pour la restauration de son centre historique. En effet, la construction des maisons en bois d’Irkoutsk a une grande valeur historique et architecturale. Les matériaux et les procédés de fabrication remontent aux anciennes traditions de l’architecture en bois de la Russie septentrionale.

L’une de ces maisons en bois à l’architecture unique et bien conservée est celle de la famille Chastine (1907). C’est la fameuse « maison en dentelles » comme on l’appelle ici, richement décorée. Elle a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial protégé et ainsi sauvée de la démolition. Elle porte maintenant le nom de Maison de l’Europe.

A l’époque soviétique, il y avait une protection des monuments. Toutefois, l’existence des maisons en bois d’Irkoutsk est dû aux architectes et autorités de la ville qui n’ont pas fait de constructions nouvelles dans le centre-ville, en détruisant les bâtiments historiques en bois, comme c’était le cas dans de nombreuses villes du pays. Ceci non pas par intérêt pour le patrimoine historique et culturel, mais par souci d’économie. En effet, il était plus rentable de construire de nouvelles habitations dans des zones vides que de raser les anciennes maisons en bois. Ainsi, Irkoutsk est resté pratiquement la seule ville où les bâtiments historiques en bois sont restés.

Çà c’est le beau côté des maisons en bois. Mais il y a aussi une autre réalité, plus sombre. Beaucoup de ces maisons sont en train de s’enfoncer dans le sol, certainement par manque de fondations et un climat très rude, parfois engloutissant le rez-de-chaussée. On a beaucoup marché pour découvrir un autre Irkoutsk que celui décrit dans les guides. On a eu un peu de mal à se faire expliquer l’état de ces maisons et leur devenir.
Le bois étant un matériau de courte durée, les maisons sont inexorablement délabrées et détruites. Dans les années 30 et plus tard, pendant la guerre, peu de propriétaires de maisons en bois pouvaient se permettre de les réparer. Ils ont donc cédé leurs maisons à la municipalité, tout en conservant le droit d’y vivre. Cependant, avec le temps, lorsque les maisons ont commencé à s’effondrer, beaucoup ont été relogé.
Certaines de ces maisons bancales sont encore habitées et joliment décorées. Parfois elles ont même du triple vitrage, derrière des volets tout vieillot et de guingois. Il y a aussi des pompes à eau à l’extérieur, toutes n’ont pas l’eau courante.

Mais en centre ville, une maison vide, même délabrée ne le reste pas longtemps. Quelques unes sont entrées dans la clandestinité, habitées par des sans-abri ou des gitans. Malgré les nombreuses tentatives de la police pour les expulser de là, les résidents illégaux reviennent régulièrement.
La municipalité a cédé certaines de ces maisons à des investisseurs, ceux-ci s’engageant à leur redonné leur splendeur d’antan. Les maisons les plus importantes sont en cours d’être restaurées et les autres resteront uniquement dans les mémoires. Mais les mesures qui devaient sauver les maisons en bois servent aujourd’hui leur destruction. Comme la disparition mystérieuse d’un monument architectural du centre-ville (2016) : à la place de l’ancien manoir en bois des Shubins, les habitants de la ville n’ont découvert qu’une poignée de bûches. La société, propriétaire de la maison historique, a prévu de le reconstruire à partir de matériaux modernes. Des dizaines d’autres bâtiments historiques d’Irkoutsk, vendus à des investisseurs privés, peuvent s’attendre à un sort similaire.

En 2017, une association a invité les volontaires à contribuer à l’amélioration du centre historique de la ville : réparer et peindre les volets, et rénover les façades des maisons en bois. Plus de 115 personnes ont pris part à cette action. Ils ont peint les façades, les pignons et les volets de 12 maisons, mis en place des clôtures et des bordures. Il est prévu d’autres actions de ce genre.

Actuellement, Irkoutsk met au point un programme pour la préservation des bâtiments en bois qui ne sont pas des monuments du patrimoine historique et culturel. Souvent, ils sont simplement démolis, alors que certains d’entre eux peuvent et doivent être sauvés. Ils sont l’incarnation de la singularité de cette ville. Pour nous, les maisons en bois d’Irkoutsk sont le point culminant de la ville.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.