Après plus de 35 ans à voyager quotidiennement dans le métro parisien pour me rendre sur mon lieu de travail, je ne pensais pas prendre autant de plaisir à passer un après-midi dans le métro de Moscou et à découvrir des stations d’une telle beauté.

Facile à repérer, un grand « M » rouge signale chaque entrée de station. On peut acheter son billet à un distributeur automatique ou directement à une caisse. Nos avons préféré la seconde solution, avec à chaque fois des personnes très sympas aux guichets. Il existe différents types de « Billets ».

A Saint Petersbourg on avait acheté des jetons (1 jeton = 1 voyage). Ici à Moscou, on a acheté des « billets magnétiques » à trajets multiples. On peut choisir son nombre de voyages par carte : 1 voyage (55 roubles), 2 voyages (110 roubles), 20 voyages (747 roubles)… On peut même partager sa carte. C’est ce que nous avons fait.
Les tourniquets d’entrée au métro possèdent un lecteur de carte. A chaque passage,  un décompte se fait et sur le tourniquet, le nombre de voyages restant s’affiche. La validité de la carte pour 1 à 2 voyages est de 5 jours et celle pour 20 à 60 voyages est de 90 jours.
Il y a aussi la carte Troïka et des billets sans limite de voyage mais limité dans le nombre de jour : 1 jour (218 roubles), 3 jours (415 roubles), 7 jours (830 roubles).  Les enfants de moins de 7 ans ne payent pas le billet. Sur les quais, des bornes informatives, avec possibilité de joindre une personne.

Le site officiel du métro de Moscou donne comme informations :

En 2016 Le métro a transporté 2 451 millions de voyageurs (Près de 7 millions d’usagers par jour).
Aujourd’hui, il dispose de 14 lignes, 216 stations (dont 44 reconnues comme objets du patrimoine culturel) et sa longueur est de 365 kilomètres.
La station la plus profonde, située à 84 mètres sous terre, est celle du parc de la Victoire (park pobedi), dans cette station se trouve également les escaliers mécaniques les plus longs, 126 mètres.
La fréquence moyenne de passage des trains est de 90 secondes.

Mais dans le centre nous avons attendu encore moins de temps, parfois entre 30 et 60 secondes. Il y a une ligne spéciale, la N°5 (la marron) qui est circulaire. Et c’est sur cette ligne que sont concentrées la majorité des très belles stations. Donc avec un seul billet, nous avons pu descendre à chaque station, les admirer, reprendre le métro jusqu’à la station suivante. Très intuitif d’utilisation, les lignes sont signalées par leur numéro et leur couleur. Par contre lorsque plusieurs lignes croisent un même point, chaque station à son propre nom.

Pour vous retrouver dans les lignes de métro :

Ligne 1 Sokolnitcheskaïa Rouge
Ligne 2 Zamoskvoretskaïa Verte
Ligne 3 Arbatsko-Pokrovskaïa Bleue
Ligne 4 Filiovskaïa Bleu ciel
Ligne 5 Koltsevaïa Marron
Ligne 6 Kaloujsko-Rijskaïa Orange
Ligne 7 Tagansko-Krasnopresnenskaïa Mauve
Ligne 8 Kalininsko-Solntsevskaïa Jaune
Ligne 8A Kalininsko-Solntsevskaïa Jaune
Ligne 9 Serpoukhovsko-Timiryazevskaïa Grise
Ligne 10 Lioublinsko-Dmitrovskaïa Vert pomme
Ligne 11A Kakhovskaïa Bleu vert
Ligne 12 Boutovskaïa Gris bleu
Ligne 13 Monorail de Moscou Bleu marine

Ligne 14 Nekrasovskaya rose elle sera lancée en 2019

Cliquer sur la carte du métro pour l’agrandir.

L’accès aux quais se fait grâce à un escalator. Comme certaines stations sont très profondes l’escalator est très long et donc très impressionnant. Pendant la descente, et la montée, des caméras nous surveillent, pour notre sécurité. Au pied des escalators, une cabine avec un(e) contrôleur, chargé de faire respecter les règles de sécurité. Autrefois, il n’y a pas si longtemps, c’étaient des femmes un peu âgées (« les babouchki du métro ») qui occupaient cette fonction dans les cabines de surveillance. mais avec le Mondial 2018, les responsables ont voulu rajeunir et modernisé leur métro.

Les nouvelles rames sont dotées de connexions Wifi gratuit et offrent la possibilité de recharger les téléphones portables. Des écrans donnent des informations sur la météo. Il y a aussi une application mobile pour le Métro de Moscou, disponible en russe et en anglais, avec laquelle on peut planifier son itinéraire. Arrivés sur le quai, nous découvrons quelques rames magnifiquement décorées avec des décorations uniques. Certaines s’inspirent d’une exposition à venir, d’autres relatent les projets urbains de grande envergure à venir. Il y a aussi le « Train de la Victoire », qui rend hommage aux soldats et commémore  la victoire sur l’Allemagne nazie. Dans les rames, les annonces sonores dans le métro se font en russe et en anglais. Comme il y a très souvent des rames de métro, même aux heures de pointe, quand il y a foule, on n’est pas entassé comme on peut l’être dans le métro parisien. Ici, pas de tags, pas de rayures sur les vitres, pas de sièges coupés au cutter, pas ….. Respect !!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.