Autour du lac Tolbo Nuur les sommets des glaciers, notamment Sairyn Uul qui culmine à plus de 3 980 mètres. Ce lac est gelé l’hiver et on peut circuler dessus.

Bien que des panneaux annoncent la traversée possible de bouquetins, nous n’en verrons pas.

Notre décision sur notre circuit en Mongolie
Depuis notre premier voyage en 2011, que nous avions bien apprécié, nous rêvions de repartir sur les pistes de l’Ouest que nous n’avions pas pu faire. Mais des évènements personnels nous font prendre la décision de ne pas continuer dans l’Ouest de la Mongolie. Nous repartirons vers la Russie dès lundi, car après toutes les frontières seront fermées pour cause de Naadam.

Sur le chemin qui nous mène vers la frontière, de nouveau de très beaux paysages, un dernier regard sur la vie des nomades.

Nous abordons les postes de douanes avec une certaine inquiétude. Le premier tronçon de près de 10km de tôle ondulée est passé.  Et là commencent les longues heures d’attente. Nous arrivons vers 7h00 du matin, le poste de douane ouvrant à 8h00. Mais il y a déjà une longue queue devant nous.

L’indiscipline des Mongols à toujours vouloir passer devant est infernale. Les militaires essaient pourtant d’organiser une certaine file d’attente en relevant les immatriculations. Mais les passe-droits ont raison de leur bonne volonté. Nous avons mis 8h00 pour sortir de Mongolie et rentrer en Russie, dont 3h00 devant le même guichet, sans bouger, avec seulement quelques personnes devant nous : problème technique, ordinateur qui rament, lecteur de QR Code pour les routiers en radent, et pause déjeuner ….. pour eux, pas pour nous, nous ne voulons pas perdre notre place devant le guichet !

4 Comments

  1. Danielle Gamond

    Bravo bravo!! Trop trop beau!! On the road again
    Danielle

  2. Danielle Gamond

    Magnifique !!! Vivement la retraite que je vs rejoigne ds votre super club de Lander je veux bien plein de photos de ce beau désert

  3. Avez-vous rencontré des habitants en Mongolie et pu avoir des échanges ?

    • Bonjour
      Quelques échanges, mais limités par la difficulté de la langue Mongole. Dans les grandes villes, comme Oulan Bator des jeunes parlent anglais.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.