Samedi 23 juin, après avoir bien profité du camping de Suzdal, avec de  grands sanitaires très propres, nous reprenons notre route. Direction Kazan, mais avant nous faisons quelques courses au géant supermarché Globus de Vladimir.

Dans ce Super, Hyper marché, comme dans les autres (Auchan,…) nous sommes impressionnés par la variété et la quantité des produits. Des rayons entiers de bonbons en vrac, des pâtes et des poissons séchés aussi e vrac. Un linéaire de mayonnaise qui donne le vertige … si on aime la mayo. On reste raisonnable, on achète du pain blanc (batone – Батон) ou noir (boukhanka), quelques petites brioches sucrées (boulochka) des fruits et légumes. On y trouve aussi des produits français, comme le camembert, la fourme d’Amber ….
Nous déjeunons sur place d’un délicieux wok crevettes.  Il y a aussi toute une variété de soupe, avec des tranches de pain noir aux herbes. D’habitude nous faisons nos courses dans de petits magasins (produkt) qui vendent un peu de tout.

Ici c’est aussi le royaume des enfants. Tout est fait pour les distraire : Enfiler la tenue de pompier et faire un tour dans le camion de pompier dans la galerie marchande, prendre le petit train touristique, discuter avec le petit robot, dessiner, courir, jouer … mais tout cela avec beaucoup d’hygiène. on quitte ses chaussures en entrant et on se désinfecte les mains dans une machine spéciale en sortant.

Il y a beaucoup de très jeunes enfants et de nourrissons. Pourtant, en 2017, le taux de natalité en Russie a diminué de 10,7% avec 1,69 millions naissances. Ce niveau est le plus bas depuis 2008. En effet, dans les années 1990, la détérioration des conditions de vie avait entraîné une hausse de la mortalité et une diminution de la natalité. Ainsi, à cause du faible nombre de personnes nées dans ces années de crise, les femmes en âge de donner naissance à un enfant sont actuellement moins nombreuses, faisant ainsi baisser mécaniquement le taux de natalité.
Il y a toutefois eu une remontée notable des naissances sur la période 2013-2016. Le président russe a fait de la croissance démographique l’une de ses priorités, en mettant en place un programme de subventions familiales pour inciter les Russes à avoir plus d’enfants.
Depuis janvier 2018, s’ajoutent aux primes déjà existantes, une prime de naissance d’un montant d’environ 10 000 roubles (150 euros) pour un premier enfant, et jusqu’à ses 18 mois. Le salaire moyen russe étant de 500 euros, cette aide est donc non négligeable. Le président Vladimir Poutine a également proposé d’étendre le programme d’allocation à la naissance jusqu’à la fin de 2021 et d’élargir son champ d’application pour les familles nécessiteuses.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.